Bangkok Express

Bangkok Express

Stop de deux jours entre Inde et Myanmar !

Modernité et propreté règnent dans l’aéroport. Le guichet taxis est d’une organisation sans faille. Cela n’empêche pas notre chauffeur de se perdre dans les dédales de ruelles.

La communication est difficile tant son anglais est proche du thaï. Quelques coursiers, affalés devant leur boutique, finissent par nous remettre sur le chemin. L’hôtel est situé au bord du fleuve Chao Phraya. De là, partent des dizaines de ruelles qui nous mènent à un marché. Pause manucure dans un salon de coiffure d’un autre temps.

grand-voyageur Puis de l’embarcadère Tha Wang Lang, nous sautons dans un bateau bus direction The Oriental (un hôtel mythique à Bangkok). Le bateau est bondé. Sur le côté droit, un emplacement est réservé aux moines. Nous descendons le fleuve au rythme des arrêts réguliers à des pontons de bois et de fer. Un jeune homme, à l’arrière, guide les manoeuvres à coup de sifflet. Le trafic est intense entre les bateau taxis et les barges regorgeant de marchandises. Elles sont tractées par de bruyantes petites embarcations. Notre stop est en vue. Nous sommes en quête du fameux massage thaïlandais. Nous déambulons dans les rues lorsque nous sommes abordés par un vieil homme qui nous inspire confiance. La discussion s’engage sur les curiosités du quartier. Nous lui soumettons alors notre recherche. Sans tarder, il hèle un rickshaw et lui indique l’adresse d’un centre tout en nous garantissant bienfaits et bonheur. L’établissement est sans charme mais une armée de masseuses est prête à oeuvrer. Cependant le tarif, incluant certainement les commissions du vieil homme jovial et du chauffeur, nous fait faire demi-tour. Comme le Lonely Planet le dit si bien : “dans cette ville survoltée, si quelqu’un vous adresse la parole, c’est qu’il en a apràs votre argent”. Bien vu !

La mission du jour 2 est d’administrer à Romain sa troisième et dernière injection contre l’hépatite B. La chose semble aisée : notre hôtel se situe à un bloc d’un hôpital public bordé d’une vingtaine de pharmacies. Le précieux serum est vite acheté. Ne reste plus qu’à trouver le médecin. Nous entrons dans l’hôpital. Il ressemble à la Gare Montaprnasse un jour de grand départ. Nous poussons porte sur porte et tombons nez à nez avec toutes sortes de curieuses et inquiétantes pathologies. Au bout d’une demi heure, nous sommes finalement orientés vers le 4ème étage, bureau 404, centre des vaccinations. Il faut d’abord s’enregistrer au bureau 101, 1er étage! Nous faisons craquer l’infirmière avec notre air perdu et dépassé. Pour nous, elle accélère la procédure : un formulaire et une photo plus tard et nous voici en possession de la carte de membre de l’hôpital. Nous remontons au bureau 404, maintenant fermé pour la pause déjeuner. A sa réouverture, une infirmière bien compétente et efficace administre le vaccin en deux temps trois mouvement : même pas mal!

grand-voyageur La pluie salue notre sortie.
Nous sautons dans le bateau direction Tha Chang. L’embarcadère donne sur une place. Des parasols abritent une quinzaine de restaurants de rue. Nous avalons un riz sauté et des nouilles sur une petite table en plastique. Nous attaquons ensuite la visite du Wat Phra Kaew, temple du bouddha d’émeraude et du Grand Palais, ancienne résidence royale. Nous enchainons la visite du Wat Pho, temple qui possède le plus grand bouddha couché de la Thailande : 46 mètres de long et 15 mètres de haut! Nous jetons des pièces dans une centaine de pots de cuivre, ceci est censé nous porter bonheur. Nous sautons ensuite dans un rickshaw direction le Mahboonkrong dit MBK (c’est quand même plus simple). Le MBK c’est un centre commercial avec 4 étages de boutiques ” normales” et un étage de petits stands avec du kitsch et surtout du fake. Il est déjà 8 heures. Retour à l’hôtel en rickshaw. Le chauffeur est un pilote qui fait gronder son moteur à chaque feu. Nous avons l’impession d’être dans un jeu video. Il faut dire que son engin n’est en rien comparable aux pétrolettes de l’Inde. Ici on a affaire à du dragster!

Petit dîner romantique au bord du fleuve. Nuit courte… notre avion est à 6 heures du matin et l’aéroport a une heure de route de notre hôtel. A quelle heure nous sommes-nous levés ?